INSPIR plaide pour une couverture santé universelle au Burkina Faso

 

Le réseau international pour le droit à la protection sociale section Burkina Faso (INSPIR-Burkina Faso) a organisé une conférence de presse dans l’après-midi du jeudi 09 mai 2024 à Ouagadougou. L’entretien avec les hommes de médias portait sur la question de l’opérationnalisation du Régime d’Assurance Maladie Universelle au Burkina Faso.

La protection sociale est une question fondamentale qui nécessite une attention particulière des gouvernements, des sociétés civiles, ainsi que d’autres acteurs tels que les partenaires sociaux et les partenaires techniques et financiers. Dans l’objectif d’étendre la protection sociale à travers diverses actions, INSPIR-Burkina Faso a élaboré et mis en œuvre des programmes avec le soutien de We Social Movements (WSM), la Confédération Syndicale Chrétienne (CSC), les Mutualités Chrétiennes (MC), le Mouvement pour la Solidarité Internationale (MSI-BIS) et la Coopération Belge. Dans le cadre de son programme 2017-2021, le réseau a pu engager des actions de plaidoyer, notamment pour la mise en œuvre effective des textes d’application du Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU). C’est dans ce contexte que s’est tenue cette conférence de presse.

Selon les conférenciers (INSPIR-Burkina), le RAMU est l’une des branches contributives de la protection sociale dont l’objectif est de lutter contre la vulnérabilité due à la maladie en contribuant à lever les barrières financières d’accès aux soins de santé. “Cette conférence de presse s’inscrit dans le cadre d’une communication sur l’opérationnalisation du RAMU. Il s’agit d’un mécanisme qui permettra à toute la population d’accéder à des soins de santé de qualité“, a déclaré Aïssa Soulama/Belem, membre du réseau international pour le droit à la protection sociale et point focal du réseau au Burkina au sein du réseau régional. Elle a saisi l’occasion pour remercier et féliciter le gouvernement pour ce qui a été accompli, tout en attirant son attention sur ce qui reste à faire. “Sur le terrain, le RAMU commence à soulager les personnes en difficulté en matière de prise en charge sanitaire et les acteurs de la santé commencent à comprendre et à s’impliquer activement pour réaliser cette phase pilote”, a soutenu Aïssa Soulama/Belem, qui reste convaincue que les efforts sont insuffisants compte tenu de la forte proportion de la population confrontée au paiement direct des soins de santé, absorbant environ 40% de leurs revenus.

Il est important de souligner que cette conférence de presse a été précédée par un atelier de sensibilisation et de formation à l’intention de plusieurs membres de INSPIR, de groupes de femmes, de syndicats et d’OSC.

Soyez le premier à commenter sur "INSPIR plaide pour une couverture santé universelle au Burkina Faso"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 × quatre =