Mairie centrale : l’ex maire Béouindé contre les ouvriers municipaux

 

La Confédération syndicale Burkinabè (CSB) a tenu une conférence de presse dans la matinée de ce mercredi 20 juillet 2022 à Ouagadougou. Il s’est agi pour cette structure syndicale, d’échanger avec les Hommes de médias sur la situation difficile et injuste des ouvriers municipaux.

En février 2021, 417 ouvriers municipaux ont manifesté leurs mécontentements vis-à-vis de la mairie centrale pour exiger de meilleures conditions de travail et surtout de vie. En effet, en 2019, le ministre de l’administration territoriale a induit le maire de l’époque, Armand Pierre Béouindé à mettre en place une commission ad hoc chargée de se pencher sur la régularisation des carrières des ouvriers. Le rapport de cette commission n’est pas connu et rien n’a été appliqué ouvrant ainsi la voie à une grève.

Le syndicat voit en cela, une volonté manifeste de l’autorité communale de saper les travaux de la commission. Il a fallu l’intervention du Haut conseil pour le dialogue social (HCDS) pour lever cette grève et permettre la reprise des travaux le 8 février. Le gros problème est que depuis cette date (février 2021), les manifestants ne sont plus jamais rentrés en possession de leurs salaires. Pour cause, à en croire le CSB, la volonté du maire Béouindé qui a souhaité qu’aucun rond ne leur soit remis, donc une suspension des salaires de ces ouvriers. C’est dire donc que plus d’une année et demi, les ouvriers travaillent sans pour autant toucher un franc. C’est ce qui a motivé l’organisation de cette conférence de presse par la confédération syndicale burkinabè afin d’attirer l’attention de l’opinion mais aussi des nouvelles autorités pour qu’une issue soit trouvée.

« A ce jour, nous enregistrons trente (30) décès au sein des ouvriers municipaux et pour nous, cela s’apparente à une non-assistance d’une personne en danger car privée de la survie alimentaire parce que le salaire a un caractère vital », a soutenu le porte-parole des ouvriers, Nouphe Bamogo, par ailleurs responsable chargé de la gestion des conflits de travail à la CSB. Brimés dans leur droit, les ouvriers ne demandent qu’à vivre. Ces personnes en majorités bien âgées ne demandent que la restitution de leurs salaires, si l’on peut ainsi nommer l’argent qu’ils perçoivent par mois. La situation de ces personnes est critique. Il faut le dire et le reconnaitre parce qu’entre autres, le plus âgé qui a 86 ans, continue de travailler sans être déclaré à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), même comptabilisant plus de 36 ans de service. Ils souhaitent que le rapport de la commission ad hoc soit connu et mis en exécution afin de leur permettre de se sentir burkinabè. L’occasion a été donnée aux conférenciers de faire un appel aux nouvelles autorités afin de résoudre ce gros problème. Aussi, le porte-parole des ouvriers Nouphe Bamogo a invité les autorités à faire un travail de salubrité à la mairie centrale.

Soyez le premier à commenter sur "Mairie centrale : l’ex maire Béouindé contre les ouvriers municipaux"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 × 1 =