Première session annuelle du COPITOUR : Les acteurs réfléchissent sur la relance touristique dans l’espace CEDEAO

 

Il s’est ouvert dans la matinée de ce samedi 18 mars 2023, la première session annuelle du Conseil d’Administration de la Confédération des organisations patronales pour l’industrie touristique de l’espace de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest(COPITOUR-CEDEAO). Il agit d’une rencontre internationale qui vise à jeter les bases d’une véritable relance des activités touristiques dans l’espace CEDEAO, longtemps paralisées par la double crise sanitaire et sécuritaire.

Les 18 et 19 mars 2023, des représentants des pays de la CEDEAO sont présents à Ouagadougou pour entre autres, doter le COPITOUR d’un plan d’action minimum avec des mesures d’accompagnement pour la mise en œuvre, renforcer les capacités des acteurs dans les différents domaines de l’activité touristique, faire une promotion de COPITOUR CEDEAO auprès des Etats membres et des organisations internationales.  Au sortir de ces deux jours de réunion, il est attendu l’adoption d’un plan d’action, la relance des secteurs de tourisme et de l’hôtellerie dans l’espace CEDEAO.

 

Selon le ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme burkinabè, Jean Emmanuel Ouédraogo par ailleurs président de la cérémonie d’ouverture, « cette association patronale, portée sur ses fonds baptismaux le 25 mars 2021 à Ouagadougou au Burkina Faso, s’est fixée pour objectif principal d’être un cadre fédérateur de promotion et de développement du tourisme dans l’espace CEDEAO ». Au Burkina Faso, la première attaque terroriste intervenue le 15 janvier 2016 a été dirigée contre des établissements touristiques. L’économie touristique régionale est également impactée de façon négative par la crise sécuritaire ces dernières années. A cet effet, une telle initiative va participer à la recherche des solutions idoines pour le secteur dans ledit espace. « La tenue de cette instance de COPITOUR est un signal fort qui s’inscrit dans la résilience du secteur du tourisme communautaire », a fait savoir le ministre en charge du tourisme au Burkina Faso.

« Cette cession constitue l’aboutissement d’un travail collectif qui exige un regard critique de notre part sur le chemin parcouru par notre confédération en vue de donner des orientations claires sur les échéances futures », a laissé entendre le président du COPITOUR, Célestin Zoungrana. Pour lui, l’impact de la pandémie à Covid-19 n’a pas permis le financement en bonne et due forme du domaine touristique. Cependant, il attire l’attention des pays membres du COPITOUR sur leur obligation financière car, dit-il, « la survie du COPITOUR en dépend ». « Le renforcement des capacités des acteurs demeure une préoccupation constante de tous les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie. Nous allons solliciter l’appui de la CEDEAO pour animer deux programmes de formation sur des thèmes d’actualité, tels que les nouvelles réglementations hôtelières, les enjeux du visa unique et de la zlecaf sur le tourisme et l’hôtellerie. Je voudrais m’attarder sur ces thèmes pour souligner l’intérêt du secteur privé de se familiariser avec les grandes questions d’actualité sous-régionales mais aussi et surtout de participer aux débats qui touchent particulièrement le développement du secteur du tourisme. Une réflexion est en cours à la CEDEAO sur l’introduction du visa unique de type schengen. La contribution du secteur privé de l’industrie touristique y est attendue, eu égard à son impact bénéfique sur l’activité touristique en général et sur la destination CEDEAO en particulier », a expliqué le président du COPITOUR à l’ouverture de la première session annuelle.

Soyez le premier à commenter sur "Première session annuelle du COPITOUR : Les acteurs réfléchissent sur la relance touristique dans l’espace CEDEAO"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

5 + 7 =