Santé au Burkina : La Communauté islamique Ahmadiyya inaugure son Centre médical ophtalmologique « MASROOR »

 

Ce sont des hommes âgés de plus de 40 ans de la Grande Bretagne, qui ont cotisé pour offrir ce joyau au peuple burkinabè. Un geste noble de ces personnes, qui va permettre d’offrir des soins en santé oculaire à la population du Burkina Faso et celle de la sous-région. Même sans argent, chaque malade présent dans ce centre sera soigné. C’est d’ailleurs l’objectif des premiers responsables du centre médical.

La cérémonie d’inauguration du Centre médical ophtalmologique Masroor s’est tenue dans la matinée de ce samedi 19 novembre 2022. Une première dans la sous-région en matière de modèle et de spécialité, ce centre est spécialisé en ophtalmologie, et a coûté plus de d’un milliard sept-cent millions (1.700.000.000) de francs CFA, malgré des travaux toujours en cours.

Au Burkina Faso, la cécité constitue la première cause de handicap, (19%) de l’ensemble des handicapés. Pour faire face à cette situation, la Communauté islamique Ahmadiyya du Burkina Faso par le biais de ses partenaires, finance depuis plus de 17 ans, des interventions dans le domaine de la santé oculaire dans de nombreuses régions du pays. Ce qui a permis plus de 12000 personnes, notamment vulnérables, à bénéficier des campagnes gratuites de dépistage et chirurgie de la cataracte, ces dix dernières années.

Toujours dans cette logique d’offrir à l’humanité un espoir de vie meilleure et plus digne, la Communauté islamique Ahmadiyya s’est désormais dotée d’un centre spécialisé en ophtalmologie de niveau international, réalisé au Burkina Faso d’où la cérémonie d’inauguration ce samedi matin.

Selon Dr Isaïe MEDAH, représentant du ministre de la Santé et de l’hygiène publique par ailleurs son Conseiller technique, ce centre vient élargir l’offre de soin en santé oculaire au Burkina Faso. « Comme vous le savez, les pathologies oculaires sont une priorité au Burkina parce qu’environ 60% des besoins en soin oculaire ne sont pas comblés. Et ce centre qui est un centre d’excellence, vient élargir la gamme d’infrastructures qui peuvent offrir des soins oculaires de qualité aux populations burkinabè », a-t-il fait savoir tout en précisant que le manque de vue est en majorité, l’un des premiers handicaps au Burkina Faso. « Dans notre pays, nous n’avons pas assez de spécialistes. Nous avons moins de 100 médecins ophtalmologistes, moins de 300 attachés de santé oculaire, donc il y a toujours un grand fossé à combler. Alors, le gouvernement ne peut qu’encourager ces genres de partenariat qui contribuent justement à augmenter l’offre dans les secteurs dont on a le plus besoin », a-t-il soutenu.

Pourquoi un tel centre médical au Burkina Faso ?

Pr DIALLO W. Jean qui a présenté la vision et les perspectives du projet, a également expliqué qu’en 2021 au Burkina Faso, il y a eu 1 600 000 consultations d’ophtalmologie, 400 000 burkinabè aveugles, il n’y a que 60 médecins ophtalmologistes et 250 infirmiers spécialisés en ophtalmologie. « Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ce centre est utile et sera toujours utile », a-t-il déclaré.

Une fois arrivé dans ce centre, selon lui, on gagne trois choses. « Être soigné au plus haut niveau avec le maximum d’efficacité, d’efficience et de qualité de soin ; pouvoir sur le personnel de la santé, se faire former en formation initiale ou en formation continue et innover sa formation ; faire de la recherche scientifique qui nous fera avancer chaque jour et qui va déterminer véritablement nos besoins », a souligné Pr Diallo. Bien vrai que ce centre a été imaginé, conçu et financé par la Communauté islamique Ahmadiyya mais il est un centre humanitaire, donc ouvert à tous les burkinabè sans aucune distinction de quelque nature que ce soit.

Le premier responsable de la Communauté islamique Ahmadiyya au Burkina Faso, Amir Mahmood Nasir Sayib a indiqué que c’est le choix du Khalif, chef suprême d’Ahmadiyya qui a permis d’installer ce centre au Burkina Faso. En ce qui conserne le coût de ce projet, il a précisé qu’il est toujours en cours d’exécution. « Actuellement, ce que nous avons dépensé est à hauteur d’un milliard sept-cent millions FCFA mais beaucoup de choses restent à réaliser sur ce projet », a-t-il laissé entendre.

Le président des personnes âgées de plus de 40 ans en Grande Bretagne, Dr Chaudhry Ijaz Ur REHMAN qui a collecté les fonds, s’est dit satisfait de la réalisation de ce projet. Vu l’augmentation des maladies oculaires au Burkina Faso, selon lui, et que les équipements ne sont pas assez adéquats pour traiter les malades, « nous avons créé ce centre médical ophtalmologique dans le but de soigner ces maladies avec un équipement de qualité en compagnie d’une assistance de partenaires internationaux qui, en plus de soigner, vont également former le personnel de santé burkinabè, afin qu’il puisse être opérationnel dans la gestion des soins en santé oculaire », a-t-il indiqué tout en précisant que leur objectif n’est pas d’intervenir et repartir chez eux, mais plutôt accompagner à tout moment le personnel local jusqu’à la perfection.

Spécialisé dans le traitement des yeux, il faut souligner que ce centre médical ophtalmologique compte deux (02) salles d’opération, des médecins et spécialistes qualifiés, six (06) salles de consultation, huit (08) salles d’hospitalisation, 250 sièges d’auditorium, et deux (02) chambres privées. Il est situé dans le village de Kouba à 150 mètres du péage de Koubri.

Soyez le premier à commenter sur "Santé au Burkina : La Communauté islamique Ahmadiyya inaugure son Centre médical ophtalmologique « MASROOR »"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

18 − 7 =