Situation nationale : des chefs coutumiers et guides religieux peulh en réunion à Ouagadougou

 

Dans la matinée de ce dimanche 19 mars 2023, l’association Burkina Dambè Lundé a organisé une rencontre d’échanges des autorités coutumières et religieuses, des leaders d’opinion et des personnes de ressources de la communauté peulh dans le cadre des démarches visant la recherche de la sécurité, de la paix et de la cohésion sociale. 

Ils étaient nombreux, les autorités coutumières et leaders d’opinion de la communauté peulh à effectuer le déplacement à Ouagadougou en réponse à l’appel de l’association Burkina Dambè Lundé. Cette association qui entend réunir toutes les communautés ethniques du Burkina Faso dans l’effet de promouvoir la paix et le vivre ensemble. Déjà, de part son nom, l’association associe trois grandes langues à savoir le mooré (Burkina), le Dioula (Dembè) et le fulfudé (Lundé), preuve de son ouverture sur le vivre ensemble au Faso.

Idrissa Zongo, président de l’association Burkina Dambè Lundé

« De nos jours, le patriotisme a disparu dans nos comportements. C’est pourquoi, nous avons choisi de rentrer en contact avec les différents leaders, les bonnes volontés pour qu’ensemble, nous puissions regarder dans la même direction », a expliqué le président de l’association, Idrissa Zongo. Il a saisi cette occasion pour lancer un appel à tous les Burkinabè à procurer la paix. Idrissa Zongo estime que la quête de la paix est une affaire de tous les Burkinabè sans distinction aucune. « Avec l’association Burkina Dambè Lundé, le “je” laisse la place aux “Nous”», a soutenu monsieur Zongo. Il faut souligner que l’activité se tient sous l’égide du Mogho-Naaba Baongo.

Amadou Amadoum Dicko, émir de Baraboulé

L’émir de Baraboulé était présent à cette rencontre. Lui qui a quitté son village depuis maintenant sept (07) ans du fait de l’insécurité, espère de lendemains meilleurs. « En tant que coutumiers, nous ferons des messages adressés aux jeunes afin qu’on se comprennent. Que ceux qui pensent s’enrôler parmi les groupes armées terroristes ne le fassent pas », a déclaré l’émir Amadou Amadoum Dicko. A l’en croire, c’est plus de 500 jeunes qui ont récemment déposé les armes au Niger. C’est donc croire que l’espoir existe encore et toujours. « Notre souhait, c’est que toutes les ethnies puissent s’entendre comme avant. Si nous avons vécu 500 années ensemble, on peut encore vivre ensemble dans la paix », foi de l’émir de Baraboulé.

L’association Burkina Dambè Lundé veut rassembler les chefs coutumiers et religieux non seulement du Sahel, mais aussi de tout le Burkina Faso. Il s’agit de regrouper tous les chefs coutumiers et les guides religieux du Burkina afin d’avoir une seule voix. Selon Kuiriteng Sonkoglog Naaba Karfo, si l’association n’existait pas, il fallait la créer. L’idée de rassembler toutes les ethnies autour d’un même idéal est la bienvenue. Que chacun sache que nous avons tous les mêmes descendances et qu’on est fait pour vivre ensemble. « Nous avons rencontré plusieurs personnes dans le cadre de l’objectif de l’association. Je suis très content d’être dans cette association et de promouvoir la paix », a conclu le Naaba Karfo.

 

Soyez le premier à commenter sur "Situation nationale : des chefs coutumiers et guides religieux peulh en réunion à Ouagadougou"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

11 − deux =