Aéroport international Ouagadougou-Donsin : les 1ers vols attendus en fin 2025 selon la MOAD.

 

L’Unité de gestion du projet de construction du nouvel aéroport international de Ouagadougou-Donsin a organisé une visite sur le terrain avec des journalistes dans la matinée de ce mardi 21 mai 2024. Cette initiative vise à favoriser la compréhension et l’appropriation des enjeux de ce projet par les organes de presse et la population. C’était également l’occasion pour l’Unité de gestion du projet de la construction de l’aéroport de présenter ses ambitions vis-à-vis de cette infrastructure.

 

L’unité de gestion du projet de construction du nouvel aéroport international de Ouagadougou-Donsin, est la Maîtrise d’Ouvrage de l’Aéroport de Donsin (MOAD), et est responsable de la réalisation de cet aéroport au Burkina Faso. Ce projet vise à répondre à la demande croissante du trafic aérien, à améliorer la sécurité et la sûreté des activités aéronautiques, et à mettre aux normes internationales la nouvelle plateforme aéroportuaire. À ce jour, le taux moyen d’avancement des travaux en cours est estimé à 80%, avec la finalisation de certaines infrastructures telles que les bretelles d’accès, les voies internes, l’adduction d’eau potable, l’éclairage public, ainsi que la réalisation des infrastructures communautaires. Plusieurs ménages ont été déplacés et réinstallés, et un mur de 28 km entoure l’aéroport. La piste d’atterrissage mesure 3,5 km de long, avec des bretelles parallèles. Selon le Directeur général de la MOAD, Zakaria Serge Landolo Sieba, l’année 2024 verra l’achèvement des bâtiments administratifs et surtout de la piste d’atterrissage-décollage, en vue de la prochaine mise en service de la plateforme aéroportuaire. Les premiers vols de l’aéroport sont prévus pour la fin de l’année 2025.

Zakaria Serge Landolo Sieba, Directeur général de la Maîtrise d’Ouvrage de l’Aéroport de Donsin (MOAD)

Zakaria Serge Landolo Sieba a exprimé sa gratitude envers les autorités du pays pour leur soutien indéfectible à ce projet. Il a expliqué que la réalisation de cette infrastructure se déroule en deux volets. Un volet sous maîtrise d’ouvrage publique concernant les infrastructures opérationnelles et administratives, et un volet sous maîtrise d’ouvrage privée portant sur les infrastructures de traitement des passagers et les infrastructures commerciales. Cependant, la convention avec le partenaire privé pour les infrastructures sous maîtrise d’ouvrage privée a été dénoncée par le Président de la Transition du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré. Zakaria Serge Landolo Sieba a indiqué que cette dénonciation était justifiée car la convention ne servait pas les intérêts du Burkina Faso. En effet, l’investisseur privé devait contribuer à hauteur d’un cinquième (1/5) des coûts de l’aéroport et, en contrepartie, gérer l’aéroport pendant 30 ans. Cette disposition était contraire aux intérêts du Burkina Faso, selon M. Sieba, car “si l’État a pu financer près de 4/5 du coût, il ne devrait pas confier la gérance de l’aéroport à un partenaire pendant 30 ans”. « Les autorités actuelles du pays voient grand. Il est donc nécessaire que nous aussi voyons grand afin de les accompagner », a estimé M. Sieba.

L’aéroport de Ouagadougou-Donsin sera dix fois plus grand que celui de Ouagadougou. Les autorités ambitionnent de construire un aéroport de taille comparable aux plus grands de la sous-région. Une autre particularité de cet aéroport est son objectif de valoriser les produits locaux. Il est prévu de rendre accessibles les produits fabriqués au Burkina Faso à l’intérieur de l’aéroport. À cet effet, des investisseurs sont recherchés pour s’impliquer dans ce projet, et le Directeur général a lancé un appel aux opérateurs économiques du pays.

Cette visite des journalistes sur le chantier de l’aéroport international de Ouagadougou-Donsin revêt une importance particulière, car elle permet à la population de prendre connaissance des avancées réalisées. En effet, des rumeurs circulaient sur l’état d’avancement des travaux de construction de l’aéroport. Raïnatou Tamoura de la radio Ouaga FM a souligné que « cette visite était importante compte tenu de toutes les rumeurs qui circulaient depuis l’effondrement d’une dalle lors de la construction. Nous, journalistes, sommes allés constater par nous-mêmes l’état des infrastructures, afin d’apporter la bonne information aux populations».

Raïnatou Tamoura, Journalistes à la radio Ouaga FM

Le coût de construction de l’aéroport, actualisé en 2022, est estimé à environ 500 milliards de francs CFA. Ce montant prend en compte le renforcement et l’amélioration de la conception technique du projet, la réalisation de la voie express à 2×4 voies, l’incidence financière des révisions de prix des contrats existants et des travaux supplémentaires indispensables au fonctionnement de l’aéroport. Le nouvel aéroport de Ouagadougou-Donsin est un projet de grande envergure en bonne voie.

Soyez le premier à commenter sur "Aéroport international Ouagadougou-Donsin : les 1ers vols attendus en fin 2025 selon la MOAD."

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

5 + 5 =