Art et culture : l’association tonnerre d’art d’Afrique lance la première édition du salon de l’espace art

 

L’association tonnerre d’art d’Afrique organise du 22 au 27 mai 2023, la première édition du salon de l’espace art à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso. La cérémonie de lancement officielle s’est tenue dans l’après-midi, lundi, au terrain newton du quartier Kossodo de la capitale. Il s’agit d’un projet de danse chorégraphique qui vise à promouvoir l’art dans toute sa splendeur, valoriser les espaces dédiés à l’art et mettre en avant le sixième art.

La terre raconte“, c’est le nom du spectacle qu’a présenté l’association tonnerre d’art d’Afrique à l’occasion de l’ouverture des activités du salon de l’espace. La terre possède les esprits des chorégraphes et raconte à travers eux, ce qu’elle a vu ; puisqu’elle est témoin de toute chose depuis la création de l’humanité. Alors, elle en a beaucoup à raconter, à expliquer au présent le passé. Exécuté par 17 danseurs au total, le spectacle aborde la question des indépendances en Afrique, raconte l’histoire des martyrs africains et les violences liées à la colonisation et à l’accession à l’indépendance des Etats. Aussi, pendant la trentaine de minutes, cette présentation souligne la nécessité pour la génération actuelle de s’inspirer de ces hommes courageux qui sont allés jusqu’au sacrifice suprême afin que leurs Nations soient libérées. Une invite à penser au capitaine Thomas Sankara, à Patrice Lumumba, à Nelson Mandela etc. La chorégraphie est composée de danse traditionnelle africaine, mais aussi de celle Hip-Hop. Ce, pour aussi signifier que l’indépendance n’est pas seulement politique et économique, mais aussi culturelle en Afrique.

Le président de l’association tonnerre d’art d’Afrique s’est réjoui de l’engouement qu’a suscité la première activité du salon de l’espace art. Cette initiative (salon de l’espace art) consiste entre autres, à offrir des spectacles aux populations afin de déconstruire les préjugés autour du métier de danse. « L’art développe l’esprit et la pensée. Nous sommes des danseurs mais on ne se limite pas à la danse parce que l’art est si vaste. Donc du 22 au 27 mai, nous organisons des séances de performance dans les marchés, les espaces publics et un panel sur le thème : « l’art et son importance dans la société ». Il s’agit de savoir le rôle de l’art dans la situation que traverse le Burkina Faso », a laissé entendre le président de l’association tonnerre d’art d’Afrique, Abdoul Kader Derra. A l’en croire, beaucoup ignorent les espaces culturelles et s’intéressent moins à l’art. Le salon de l’espace art porte un message de résilience aux populations, une invite à la paix aux terroristes.

Abdoul Kader Derra, président de l’association tonnerre d’art d’Afrique

Lionel Bambara a suivi avec beaucoup d’intérêt, le spectacle livré par l’association tonnerre d’art d’Afrique. Selon monsieur Bambara, cette présentation est d’une haute créativité. « Ce sont de jeunes personnes qui m’ont surpris de par leur talent artistique », a-t-il confié tout en indiquant qu’il a compris à sa manière, le spectacle. Par la suite, il a rassuré discuter avec les chorégraphes pour mieux cerner le message. Par ailleurs, Lionel Bambara a estimé qu’avec une petite visibilité en plus, l’association est bien partie pour très loin.

Lionel Bambara, spectateur

L’association tonnerre d’art d’Afrique est une initiative du groupe “Power five“ crée en 2019. De ce groupe, est née l’ambition de ses membres de mieux s’organiser en association dans l’objectif d’impacter davantage la culture burkinabè et africaine. Comme le tonnerre, l’association entend gronder dans le monde de l’art africain.

Soyez le premier à commenter sur "Art et culture : l’association tonnerre d’art d’Afrique lance la première édition du salon de l’espace art"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

un × 1 =