Dédicace : “Sahel Enturbanné” ou la contribution de Ali Beydgèm Komi à la promotion culturelle africaine

 

La cérémonie de dédicace du livre ”Sahel Enturbanné” s’est tenue dans la matinée de ce vendredi 14 octobre 2022 à Ouagadougou. ”Sahel enturbanné” ou ”découvertes et contributions culturelles” est une œuvre poétique écrite par Ali Beydgèm Komi, éditée par les Éditions Plum’Afrik. C’est une œuvre qui traite la culture africaine notamment celle des habitants du Sahel.

La connaissance de la culture est une exigence pour tout peuple en raison qu’elle est la racine de tout développement. Jean Vilar dira que la culture n’est pas ce qui reste quand on a tout oublié, mais au contraire ce qui reste à connaître quand on ne vous a rien enseigné. C’est ce qui justifie toute la pertinence de l’écriture de cet ouvrage. Ce recueil de poème est une contribution de Ali Beydgèm Komi à la promotion culturelle.

« Le Sahel enturbanné m’a fait redécouvrir le Sahel et revivre sa culture », s’est réjoui le parrain de la cérémonie de dédicace, Léonard Savadogo a confié qu’il a lu l’œuvre en entièreté. Selon lui, le turban s’octroie une place de choix dans ce recueil dont le contenu divorce d’avec les fonctions ordinaires du genre poétique à savoir, “nourrir l’émotion, créer l’imaginaire et l’idéal“. Le directeur de l’institut national de formation en travail social, Léonard Savadogo a présenté l’ouvrage dans une salle pleine.

L’œuvre est composée de cinquante-six (56) poèmes regroupés en dix-sept (17) chapitres. « L’auteur s’adonne à une description du Sahel à travers ses aspects physiques et humains, ses richesses et ses habitudes alimentaires, ses défis, de même que des vents et dunes nouveaux », a expliqué monsieur Savadogo. Nul ne peut parler du Sahel sans faire cas de ce qu’il traverse ces dernières années : l’extrémisme violent qui endeuille les habitants et complique leur vie. L’on trouve alors dans ce livre de Ali Beydgèm Komi, des sujets pleinement consacrés à l’extrémisme. Pour l’auteur, l’extrémisme violent est un fait social aux causes multifactorielles. Ainsi, il décline sous l’angle anthropologique, ses caractéristiques et propose l’apologie du dialogue qui serait la meilleure solution pour endiguer ce phénomène.

« Je voudrais qu’on parle de la femme, qu’on fasse recours à la femme dont la voix est la voie de la paix », a laissé entendre l’auteur qui a fait ressortir le rôle et la place de la femme dans la prévention et la gestion des conflits. « Au-delà du turban en étoffe, il y a le fait que le Sahel est enturbanné, entouré par l’extrémisme violent. C’est donc toutes les thématiques en lien avec le physique, l’humanité, la culture du Sahel. J’ai considéré les réalités du Sahel, pas le Sahel comme espace du désert, mais le Sahel en tant qu’Afrique », a précisé Ali Beydgèm Komi.

L’auteur est né le 19 mars 1970 a Hargo, un village de Kurumba, devenu secteur no4 de Titao, chef-lieu de la province de Loroum, au Burkina Faso. Après l’obtention du Baccalauréat série A4 au Lycée Yadega de Ouahigouya, il est orienté en faculté des langues, des arts, des sciences humaines et sociales, section Lettres Modernes à l’Université de Ouagadougou (devenu Université Joseph-Ki Zerbo). Ali Beydgèm Komi est travailleur social depuis 1997. Il est chroniqueur à la télévision nationale du Burkina depuis 2014. L’auteur de “Sahel Enturbanné” est titulaire d’une Licence en Lettres Modernes de l’Université de Ouagadougou, d’un diplôme d’Etat d’Administrateurs des Affaires Sociales de l’Institut national de formation en travail social (INFTS).

« Sahel Enturbanné » est disponible au prix unitaire de cinq mille franc (5 000 CFA) chez tous les bons revendeurs.

Soyez le premier à commenter sur "Dédicace : “Sahel Enturbanné” ou la contribution de Ali Beydgèm Komi à la promotion culturelle africaine"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

5 + quatorze =