Fada N’Gourma : Dix présumés délinquants dans les filets de la Police

 

Fada N’Gourma 9 février 2024  (AIB) -Le Service régional de la police judiciaire de l’Est a présenté, hier jeudi 8 février 2024, au cours d’un point de presse, dix présumés délinquants, auteurs de plusieurs actes de grand banditisme dans les régions de l’Est et du Centre-Est et à la frontière du Ghana.

Après plus de dix ans d’opérations sur les axes routiers Fada-Ountandéni, Fada-Ouaga, Fada-Bogandé, dans des domiciles et des commerces, dix présumés braqueurs dont une femme ont été interpellés, courant janvier 2024, à l’issue de l’enquête du Service régional de la police judiciaire (SRPJ) de l’Est.

Présentés à la presse, hier jeudi 8 février 2024, à Fada N’Gourma, au cours d’un point de presse, ces délinquants appartiendraient à un gang de 12 membres, spécialisé dans les attaques à main armée dans les régions de l’Est et du Centre-Est et à la frontière du Ghana.

2- Au cours de l’enquête, 8 motos, 4 pistolets automatiques, 24 téléphones portables, une somme de 500 mille francs CFA, des devises étrangères… ont été saisis.

Le chef du SRPJ de l’Est, le commissaire de Police Zakaria Traoré a expliqué que 5 d’entre eux ont été interpellés à Fada, 4 à Koupéla dont le chef du gang et son épouse (19 ans) et 1 à Toussiana dans les Hauts Bassins.

A l’entendre, parmi les 10 individus qui se sont présentés comme étant des orpailleurs, un est de nationalité étrangère.

Aussi, Zakaria Traoré a indiqué que l’opération de traque a permis de saisir divers matériels. Ce sont : huit motos, quatre pistolets automatiques, 24 téléphones portables, une somme de 500 mille francs CFA, des devises étrangères (cedi ghanéen, naira nigérian, réais brésilien), des amulettes…

3- Le gang utilisait également une panoplie d’amulettes pour mener ses opérations.

Le préjudice serait bien plus important. Chaque année, les malfrats retirent de force plus de 100 motocyclettes à des citoyens. C’est une déclaration de leurs bourreaux pendant les interrogatoires qui donne froid dans le dos, a soutenu le commissaire Traoré.

A la question de savoir si le gang était de mèche avec des groupes armés terroristes, il a répondu par la négative, se référant aux éléments décelés à cette étape de l’enquête.

Pour ce qui est de leur mode opératoire, a-t-il expliqué, le gang se retrouve chez l’un d’eux à partir de 18 heures pour la planification de leurs actions du jour.

4- Le chef du SRPJ de l’Est, le commissaire de Police Zakaria Traoré (milieu), a appelé la population à la vigilance et à collaborer activement avec les Forces de défense et de sécurité (FDS).

Après la planification, a poursuivi le commissaire Traoré, un binôme se rend sur le terrain déjà identifié afin de s’assurer qu’aucune force n’est présente.

« Dès leur retour, une autre équipe armée sur une motocyclette se rend sur le terrain, braque la lumière de leur lampe torche sur le visage de leur victime, l’obligeant à s’immobiliser. Ils maintiennent leurs armes sur elle et la dépossède de tous ses biens. Si la victime refuse d’obtempérer, les braqueurs font usage de la force et de leurs armes », a-t-il fait savoir.

Les dix individus dont l’âge est compris entre 19 et 49 ans risquent une peine d’emprisonnement de onze ans  à la perpétuité et une amende allant de 5 à 50 millions francs CFA, selon le code pénal.

Agence d’Information du Burkina

Soyez le premier à commenter sur "Fada N’Gourma : Dix présumés délinquants dans les filets de la Police"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

trois × trois =