Lutte contre la pratique de l’excision : La première dame S’insurge contre les pratiquants

Malgré les différentes lois interdisant l’excision, malgré les sensibilisations du secrétariat permanent du conseil national de lutte contre la pratique de l’excision, les lames et les couteaux continuent de faire des victimes au Burkina. Hier encore au secteur 21 de Ouagadougou des jeunes filles  ont été victimes d’excision. Un signe qui laisse à croire que le phénomène est loin d’être banni de notre société. Pour y faire face, des mesures idoines doivent être prises. Et c’est ainsi que la présidente d’honneur madame Sika Bella Kaboré très indignée de cette pratique a réuni la presse le samedi 13 Août pour montrer sa détermination, son engagement et sa volonté à mettre fin à cette pratique. C’était au cours d’une conférence de presse.

DSC08450Invités ou pas, les hommes et femmes de media étaient nombreux à prendre part à cette conférence de presse. Une conférence de presse qui fait suite à un cas d’excision le 10 août au secteur 21 de Ouagadougou.

DSC_0942La première dame du Burkina et présidente d’honneur du SP/CNLPE était entourée des responsables de la structure et avait à ses côtés madame le ministre de la femme Laure Zongo/Hien et l’épouse du premier ministre. Sika Kaboré a d’abord déploré le cas du secteur 21 de Ouagadougou, un cas qui selon la présidente d’honneur nous « interpelle sur la persistance d’une pratique dont les conséquences sont aussi désastreuses les uns que les autres à court, moyen et long termes sur la santé et le bien-être de la fille, de la jeune fille et de la femme ».

DSC_0934En 2015, sur 159 filles et femmes mutilées, 5 sont décédées. Pour l’épouse du chef de l’Etat, Sika Kaboré, ces chiffres traduisent «la persistance d’une pratique dont les conséquences sont aussi désastreuses les unes que les autres à court, moyen et long terme sur la santé et le bien-être de la fille, de la jeune fille et de la femme». Le samedi 13 août 2016, à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse, elle a réaffirmé sa détermination à lutter contre cette pratique.

 

DSC_0936Cette conférence était également l’occasion pour la Première dame de lancer un appel à tous les acteurs intervenants dans cette lutte. «J’invite tous les secteurs ministériels impliqués dans la lutte pour l’abandon de l’excision, les partenaires techniques et financiers, les ONG et associations, les autorités religieuses et coutumières à persévérer dans leurs efforts », a-t-elle lancé.

Soyez le premier à commenter sur "Lutte contre la pratique de l’excision : La première dame S’insurge contre les pratiquants"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

huit − six =