Lutte contre le terrorisme : Une force multinationale conjointe de 2 000 hommes pour soutenir le Burkina Faso

 

Le Premier ministre burkinabè, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, a participé le 22 novembre 2022 à Accra, au Ghana, à la Conférence internationale sur l’initiative d’Accra, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Le sommet a décidé de l’envoi d’une force permanente de 2 000 hommes, pour appuyer notre pays, dans sa lutte contre l’insécurité et cela, dans un mois.

C’est dans l’optique d’assurer la sûreté et la sécurité collective des populations africaines, que sept Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO ont pris la décision, il y a de cela cinq ans, de créer un organe régional nommé “Initiative d’Accra”, pour aider à lutter contre les menaces émergentes.

Pour cette rencontre, les organisateurs ont retenu comme thème : “Initiative d’Accra : Une réponse crédible, préventive et coordonnée face aux défis sécuritaires dans les Etats côtiers et sahéliens”.

Les situations du Mali et du Burkina Faso étaient au centre des échanges de cette importante rencontre.

Prenant la parole, au nom de son pays, le Premier ministre burkinabè, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, a traduit son indignation face à la communauté internationale.

“Cela fait six ans que le Burkina Faso est attaqué et ça n’émeut ni les voisins, ni la communauté internationale. L’heure n’est plus aux rencontres, aux tergiversations, mais il faut agir, car pendant que vous êtes dans vos rencontres, le Burkina Faso perd des vies humaines. J’invite les pays africains à une coopération militaire franche qui ira sur le terrain, car l’heure n’est plus à attendre les aides internationales”, a-t-il martelé.

Le Chef du Gouvernement burkinabè a, par ailleurs, révélé aux Chefs d’Etat de la CEDEAO, que son pays a lancé une opération de recrutement de cinquante mille volontaires pour la défense de la patrie (VDP) pour renforcer l’armée, afin de pouvoir venir à bout du terrorisme.

Une intervention qui a reçu les ovations nourries des différentes délégations. Le message du Burkina Faso a été reçu cinq sur cinq, car au terme du Sommet, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont décidé de l’envoi d’une force permanente de 2 000 hommes dans notre pays.

Cette force multinationale conjointe sera basée à Tamalé, au Ghana.

Pour le président du Bénin, Patrice Talon, la situation sécuritaire du Burkina Faso est une honte pour l’Afrique et les pays membres de l’Initiative doivent répondre vigoureusement.

De son avis, “la situation au Burkina Faso n’est pas au-delà des moyens de nos pays, car nos ennemis ne sont pas mieux équipés que nous”.

Me Apollinaire Kyelem de Tambela a salué cette décision importante du Sommet d’Accra. Cependant, il attend de voir sa réalisation, avant de croire.

“Le Sommet a prévu d’accompagner le Burkina Faso avec 2 000 hommes, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et nous attendons de voir l’opérationnalisation de cette force dans les semaines à venir, avant de nous prononcer”, a-t-il laissé entendre.

En marge de la rencontre, le Premier ministre a accordé deux audiences à une délégation allemande et à une délégation britannique.

Au cours de son séjour ghanéen, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela s’est également entretenu avec les ressortissants burkinabè installés dans ce pays.

DCRP/Primature

Soyez le premier à commenter sur "Lutte contre le terrorisme : Une force multinationale conjointe de 2 000 hommes pour soutenir le Burkina Faso"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

huit + 4 =