Musique: “Moogho”, le nouvel opus de Martin N’terry promeut l’identité culturelle

 

Nouvel opus pour Martin N’terry, le sixième. Le reggae maker a dédicacé l’album dans la soirée du mardi 23 mai 2023 à Ouagadougou. Il s’agit d’un disque de 9 titres (5 chansons et 4 remix) baptisé “Moogho“, chanté en trois langues à savoir le mooré, le français et l’anglais. L’album aborde la question du retour aux valeurs ancestrales, de paix, d’amour et de relations triviales.

Le temps est passé. Le réchauffement climatique et la pression de temps n’ont pas impacté la voix du baobab de la musique reggae burkinabè. Martin N’Terry, bien ayant quelques rides sur le visage, a toujours gardé sa belle voix. Cette voix spéciale et unique en l’homme ne l’a pas quitté. Toujours avec la même voix que les années 2000, l’année d’ailleurs où il fait le plein de la maison du peuple, la plus grande salle de prestation à l’époque. A présent, l’artiste signe en 2023, “Moogho“. Cet album qui est réfléchi aux Etats Unis où l’artiste vit depuis 2001, est riche de par son originalité et la touche spéciale du célèbre arrangeur Georges Kouakou.

Moogho, en plus d’être le titre de l’album, est la première chanson. Un titre qui invite un retour aux sources, une valorisation de la culture et des valeurs du Burkina Faso. Le 2ème titre est “Pourquoi“ dans lequel l’artiste invite à dire non à la violence. S’en suit le titre “Walwalé“ en langue mooré. Le quatrième titre est “baby“, dédié à la personne qui fait battre son cœur. L’un des plus gros tubes de cet opus, est “le message“. Dans cette chanson, l’artiste fait la promotion du vivre-ensemble, de la cohésion, et de l’union. Ce message est adressé à un peuple qui a mal dans son vivre-ensemble depuis un certain temps. En effet, le terrorisme a fragilisé la cohésion sociale au pays des hommes intègres, autrefois havre de paix. « Si nous perdons le sens du respect et de la considération, si nous refusons nos origines, nous serons comme une maison construite sur du sable ou un arbre sans racine », a laissé entendre l’artiste. Pour lui, quand on s’aime soi-même, l’on ne peut détester en aucun cas, son prochain. Martin N’Terry sait bien de quoi il parle parce qu’il vit aux Etats-Unis et est confronté à une réalité manifeste.

Martin N’Terry s’apprête à se donner une scène en live bientôt pour le grand bonheur des mélomanes burkinabè. Martin N’Terry, c’est entre autres le prix du meilleur artiste burkinabè de l’année 2013 élu par le plus grand journal culturel L’observateur du Dimanche, meilleur artiste 2013 par les récompenses des 12 personnalités de l’an- née (12PCA), meilleur artiste reggae au Marley d’or 2014, prix du meilleur concert en 2013, meilleur concert F.A.M.A 2013, meilleur artiste d’inspiration de chanson à la femme en 2013. En 2014, Martin a fait une tournée de promotion au Canada, Allemagne, Italie, Belgique, Pays bas. Il a également donné un concert dédicace live à New York, Seattle en 2014. En 2017, il est décoré Chevalier de l’ordre de mérite avec agrafe musique et danse.

Soyez le premier à commenter sur "Musique: “Moogho”, le nouvel opus de Martin N’terry promeut l’identité culturelle"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

trois × cinq =