Fonction publique : Un projet sur l’éthique et la déontologie pour diriger les agents

 

Ce jeudi 24 novembre 2022, s’est ouvert à Ouagadougou, l’atelier de validation du code d’éthique et de déontologie du ministère de la fonction publique, du travail et de la protection sociale. Cet atelier regroupe l’équipe technique de rédaction ainsi que des membres issus de la fonction publique.

Faire connaitre les normes et les principes qui sont applicables au personnel de la fonction publique, les règles et les conduites à tenir, tel est l’objectif du Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale à travers l’atelier de validation de l’avant-projet du code d’éthique et de déontologie.

Le code d’éthique et de déontologie fait suite aux audits basés sur les risques que l’ASCE/LC avait réalisés en 2014 et qui invitait chaque ministère à disposer d’un code d’éthique et de déontologie pour lutter contre la corruption. Selon l’inspecteur général des services du ministère de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, Idrissa Sinon, « c’est un document qui trace les grandes lignes de comportement des agents pour mieux servir les usagers », a-t-il expliqué sur ce projet. Dans le mois de septembre 2022, un atelier organisé par ledit ministère, a permis l’élaboration de l’avant-projet de code d’éthique et de déontologie. « Cet atelier, c’est pour encore apporter des amendements pour être sûr que le document sera un document de consensus », a déclaré monsieur Sinon. Ce présent atelier consistera à revisiter les différents articles élaborés. « S’il y a des événements nouveaux, qu’on puisse les prendre en compte avant de les soumettre à la réunion de cabinet qui va aussi valider pour que d’ici fin décembre, on puisse disposer du code d’éthique et de déontologie », a-t-il précisé.

Pour monsieur Sinon, cet atelier s’inscrit dans le plan d’action de la transition. « Ce document indique comment l’agent doit se comporter quotidiennement au sein de son service pour mieux rendre les services aux usagers sur le plan comportemental, sur le plan de la célérité du traitement des dossiers. Ce sont des lignes de conduite que chaque agent du ministère doit pouvoir incarner pour mieux faire son travailL’objectif, c’est le mieux rendu du service public à l’usager pour éviter les retards, la lourdeur administrative, la corruption », a-t-il insisté.

Selon madame Bernadette Kafando/Tamini, chef de service gouvernance administrative et locale au secrétariat permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance, « le code d’éthique comprend 40 articles qui sont repartis dans huit (08) chapitres. L’essentiel des chapitres, le clou vraiment du code d’éthique, c’est le chapitre sur les principes et le chapitre sur les valeurs », a-t-elle confié. « Ces deux chapitres énoncent les principes et les valeurs qui doivent guider l’agent du ministère de la fonction publique, du travail et de la protection sociale dans l’exercice de son travail quotidien », a renchéri madame Kafando. Des mots clés comme la transparence, l’intégrité, la loyauté, le professionnalisme ressortent dans ce document en terme de principe. Concernant les valeurs, il y a l’esprit de sacrifice, l’esprit d’équipe, l’esprit de dialogue, le respect qui y sont développés.

Soyez le premier à commenter sur "Fonction publique : Un projet sur l’éthique et la déontologie pour diriger les agents"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

15 − six =