Promotion des valeurs culturelles et traditionnelles au Burkina Faso : « Si la chefferie coutumière avait pris son aura, il n’y aurait pas de terrorisme dans notre pays », dixit le Premier ministre


Le Premier ministre, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, a échangé ce vendredi 20 janvier 2023 dans la matinée, avec une délégation de l’Association Racines, qui regroupe les chefs coutumiers et traditionnels de toutes les contrées du Burkina Faso, ainsi que les grands chercheurs et professeurs d’universités, qui s’intéressent à la question de la promotion de nos valeurs culturelles et traditionnelles, en ce qu’elles ont de positif. Les membres de cette Association ont remercié le chef du gouvernement, pour l’intérêt porté à leur association. Ils ont témoigné leur disponibilité à apporter leur contribution à l’élaboration d’une gouvernance apaisée, qui s’appuie sur nos ressorts traditionnels et culturels.

« Notre association est une force de propositions qui peut aider à trouver des solutions endogènes pour la prévention des conflits, de l’extrémisme violent et pour aboutir à une gouvernance adaptée à nos réalités socio-culturelles ». Tels sont les propos tenus par le président de l’Association Racines, Elie Justin Ouédraogo, ce 20 janvier 2023 à la Primature, après avoir été reçu en audience par le Premier ministre, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela.

Au cours de cette entrevue, le président de l’Association Racines a plaidé auprès du chef du gouvernement, pour que les chefs coutumiers et traditionnels aient un statut officiel. Cependant, a souligné Elie Justin Ouédraogo, nous ne voulons pas qu’ils soient dans le jeu de la politique partisane. « S’ils restent dans ce jeu-là, ils ne seront jamais un élément de rassemblement et de cohésion sociale. Il faut les sortir de la politique et les impliquer dans les politiques de développement », a-t-il précisé. De son avis, les transitions sont des moments favorables pour faire des réformes dans un pays. Et si les membres de l’Association ont été emmenés à solliciter cette audience auprès du Premier ministre, c’est qu’ils ont entendu dans ses discours et dans ceux du Président du Faso, une ouverture dans ce sens.

Le Premier ministre, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, s’est réjoui pour sa part, de pouvoir échanger avec la délégation de « Racines », sur un sujet aussi important qui concerne nos valeurs culturelles et traditionnelles. Il a invité ses interlocuteurs, à enraciner davantage l’Association dans la société burkinabè, et à redorer l’image de la chefferie coutumière et traditionnelle.

Le chef du gouvernement a par ailleurs révélé avoir proposé depuis des années, l’institutionnalisation d’une monarchie dans notre pays, qui permettrait d’éviter la survenue des nombreuses crises. Il a cité l’exemple de la Thaïlande, où les « chemises rouges » et les « chemises jaunes » se sont affrontées à plusieurs reprises. « Dès que le roi intervient, qu’il prend une décision, tous respectent, parce qu’ils reconnaissent la légitimité du roi. De même, s’est-il interrogé, qui peut faire un coup d’Etat contre le Mogho Naaba (chef des Mossé) ? « Il n’a pas besoin d’être protégé, parce que les gens reconnaissent sa légitimité », a soutenu Me Kyelem de Tambela.

Le Premier ministre a aussi estimé que les Burkinabè devraient pouvoir imaginer une autre Constitution qui ne soit pas une réplique de l’actuelle Constitution, qu’on nous a imposée. De son avis, nous devons imaginer tous les scénarios possibles, mais de façon consensuelle, de sorte à prendre en compte toute la diversité du pays, pour que les gens se reconnaissent dans les nouvelles autorités qui seront mises en place. « Il y a des bases communes à toutes nos sociétés, au Burkina Faso et nous avons la chance d’avoir ce qu’on appelle un Etat-nation, a ajouté Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela.

DCRP/Primature

Soyez le premier à commenter sur "Promotion des valeurs culturelles et traditionnelles au Burkina Faso : « Si la chefferie coutumière avait pris son aura, il n’y aurait pas de terrorisme dans notre pays », dixit le Premier ministre"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

5 × 4 =