Promotion du travail décent : La CSB outille les acteurs de l’économie informelle

 

La Confédération syndicale Burkinabè (CSB) organise un atelier de formation à l’endroit des leaders syndicaux du secteur informel sur la protection sociale. L’objectif est de renforcer les compétences des militants du secteur informel sur la protection sociale. L’ouverture dudit atelier s’est tenue dans la matinée de ce vendredi 08 septembre 2023 à la Bourse du travail de Ouagadougou.

Faire connaitre l’importance de la protection sociale aux militants du secteur informel, partager les fondamentaux en matière de sécurité sociale avec les militants, faire connaitre le bien-fondé de l’assurance maladie universelle aux participants, sont entre autres les objectifs spécifiques de l’atelier de formation des travailleurs de l’économie informelle sur la protection sociale versus sécurité santé au travail et assurance maladie universelle au Burkina Faso. C’est un atelier qui se tient dans le cadre du programme promotion du travail décent pour un développement durable, équitable, solidaire et inclusif piloté par la CSB en collaboration avec la Centrale générale des syndicats libres de Belgique (CGSLB). Ce projet qui couvre la période 2022 -2026 met l’accent sur les renforcements de capacités des acteurs formels et informels d’où la tenue du présent atelier.

Gui Olivier Ouédraogo, Secrétaire général de la Confédération syndicale Burkinabè (CSB)

Selon le Secrétaire général (SG) de la Confédération syndicale Burkinabè (CSB), Gui Olivier Ouédraogo, cette séance de sensibilisation est une démarche qui doit conduire les travailleurs de l’informel à connaître leurs acquis et à travailler de sorte à les consolider. Ce, afin de réduire l’écart, sinon le briser totalement pour qu’au Burkina Faso, l’on parle de travailleurs tout simplement. En effet, l’état des lieux sur l’assurance volontaire au niveau de l’informel n’est pas reluisant. C’est ce qui justifie aussi en partie, la pertinence de cet atelier à leur endroit organisé. « Nous voulons que les travailleurs de l’informel adhèrent massivement à l’assurance volontaire au niveau de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et d’adhérer également à l’assurance maladie quand il sera à sa phase opérationnelle“, a laissé entendre Gui Olivier Ouédraogo. D’ici à cinq ou dix ans, le SG de la CSB est convaincu que l’ensemble des travailleurs de l’économie informelle sera à l’assurance volontaire et bénéficiera de l’assurance maladie. “C’est du travail de longue haleine“, a-t-il soutenu.

Kati Fall pour le syndicat libéral belge, responsable de programme de l’Afrique de l’Ouest

Kati Fall travaille pour le syndicat libéral belge. Elle est également responsable de programme de l’Afrique de l’Ouest au sein de l’organisation. La solidarité est le maître-mot dans la coopération entre le syndicat libéral belge et la confédération syndicale burkinabè. “Nous avons beaucoup de valeurs que nous partageons avec la CSB et nous coopérons depuis environ 20 ans. La base, c’est la solidarité syndicale qui existe entre nous“, a fait savoir Kati Fall. Le présent atelier englobe la santé et la sécurité au travail de tous ces travailleurs qui sont exposés à des difficultés, qui ne sont pas soignés quand ils sont malades, qui ne sont pas protégés et qui, à la fin de leur carrière, n’ont pas d’indemnité de pension. Le programme mène donc ces sensibilisations, ces plaidoyers et ces formations de manière à améliorer les conditions de travail des travailleurs.

En rappel, engagée dans le processus de résorption de la pauvreté, la CSB en collaboration avec la CGSLB mène depuis plusieurs années des actions de promotion du travail décent au Burkina Faso.

Soyez le premier à commenter sur "Promotion du travail décent : La CSB outille les acteurs de l’économie informelle"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

18 − 11 =