Reconstruction d’un Burkina Faso de paix et de cohésion: Le CSC enfourche sa monture pour l’assainissement de l’espace communicationnel

 

Le Conseil supérieur de la communication (CSC), sous la houlette de son Président Abdoulazize Bamogo, organise dans les jours à venir des tournées dans plusieurs régions du Burkina Faso. Il s’agira d’échanger avec les principaux acteurs des médias et les forces vives des régions en vue de mener une lutte acharnée contre les mauvaises pratiques journalistiques, la désinformation et les discours de haine dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Depuis quelques années, le Burkina Faso fait face à une crise multidimensionnelle qui menace ses fondements. En plus des menaces terroristes, l’on assiste à une radicalisation du discours religieux dans certaines localités qui emprunte bien souvent et fort malheureusement le canal des médias et des réseaux sociaux, mettant ainsi à mal la paix et la cohésion sociale. En outre, la désinformation, l’apologie de la violence et les manquements constatés dans le traitement de l’information liée à la crise sécuritaire sapent les efforts entrepris par l’Etat pour trouver des solutions à la situation.

Il était de bon ton que le Conseil supérieur de la communication, garant de la saine communication au public, joue sa partition afin de contribuer au retour de la paix et à la restauration du climat social. Les échanges avec les acteurs de l’information et de la communication, les forces vives et les jeunes des huit régions répertoriées devront participer à l’adoption désormais de bonnes pratiques et d’une responsabilité plus accrue dans les médias et l’utilisation des réseaux sociaux. Car, c’est ensemble, comme le dit souvent le Président du CSC, que les Burkinabè travailleront à apaiser les cœurs et à reconstruire le Faso qui a plus que jamais besoin de paix et de cohésion.

Direction de la Communication et des Relations publiques

Soyez le premier à commenter sur "Reconstruction d’un Burkina Faso de paix et de cohésion: Le CSC enfourche sa monture pour l’assainissement de l’espace communicationnel"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

douze − cinq =