Situation alimentaire : Pourquoi les boulangers crient alors que le Burkina Faso produit officiellement du blé ?

 

Le Burkina Faso produit officiellement du blé. Mais pourquoi, la récente crise de l’Ukraine a occasionné des troubles au niveau du secteur des boulangers à Ouagadougou et dans d’autres villes du pays ?

Pour rendre visibles les activités des chercheurs et permettre aux Hommes de médias de constater les résultats des recherches sur le terrain, la direction de la communication du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, a organisé une caravane de presse du 08 au 12 août 2022 suivant l’axe Ouagadougou – Koudougou – Bobo-Dioulasso. Le jeudi 11 août dernier, cette caravane était à Farako-Ba pour une visite de la fumure organique, gestion des maladies mangues ; Programme blé Burkina ; Projet banane amélioré et projet élevage à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA).

Dans cette localité, les chercheurs produisent des semences du blé disponibles pour la culture, si bien que d’autres pays se retournent vers le Burkina pour s’en procurer. Mais pourquoi les patrons de boulangerie, pâtisserie et confiserie du Burkina crient à l’augmentation du prix de la farine de blé intervenant dans la fabrication du pain et de la pâtisserie ?

Selon Dr Abdallah Dao, chercheur à l’INERA-Farako-Ba, le blé n’est pas nouveau au Burkina Faso. La culture de cette céréale longtemps considérée comme reservée aux zones tempérées, a repris dans la vallée du Sourou en 2006 par un lancement de la récolte. Une production de phase pilote de 500 hectares qui est estimée à 2000 tonnes de blé. Cette initiative a pour but de permettre au Burkina Faso de s’autosuffire en blé et devenir un exportateur de cette céréale. Cette production du blé au Burkina Faso, visait à réduire la dépendance extérieure d’une part et à offrir la matière première bon marché à tous les utilisateurs (meuniers, boulangers, pâtissiers, éleveurs) de la céréale, d’autre part.

Les variétés développées ici au Burkina Faso, sont celles de plus de vingt (20) ans. Il y a même une variété du nom de Bamba qui a pris le nom d’un étudiant stagiaire qui a travaillé sur ce type de blé mais, qui est malheureusement décédé” , a expliqué Dr Dao pour monter aux Hommes de médias que le blé a toujours existé au Burkina Faso depuis longtemps. Il a précisé que les chercheurs ont toujours travaillé à maintenir la semence.

Malgré cette initiative, le Burkina Faso a connu des difficultés au niveau du secteur des boulangers dans la crise récente de l’Ukraine. Une concertation entre le gouvernement et les patrons de boulangerie, a même été organisée pour empêcher l’augmentation du prix du pain. Mais que ce passe-t-il exactement, du moment où les chercheurs continuent toujours leurs activités de recherche malgré le manque de financement ?

Avec le contexte actuel, selon Dr Dao, il y a eu beaucoup de sollicitation tant interne qu’externe. Les autorités ont pris des initiatives pour faire des communications et des rencontres. “Il y a beaucoup de promesses, mais pour l’instant rien n’est concrétisé” , a-t-il fait savoir concernant le renforcement de la production du blé au Burkina Faso.

Il faut noter qu’à travers cette caravane de presse, nous avons constaté que le domaine des chercheurs au Burkina Faso manque de soutien de l’Etat. La majeure partie des financements vient de l’extérieur sous un combat acharné desdits chercheurs. En ce moment, les recherches doivent être orientées vers le choix du partenaire financier. Ce qui, souvent, ne répond pas aux besoins du Burkina Faso.

 

Soyez le premier à commenter sur "Situation alimentaire : Pourquoi les boulangers crient alors que le Burkina Faso produit officiellement du blé ?"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 + cinq =